Les boxeurs canadiens demandent la démission d’un haut responsable et une enquête sur la culture «toxique» – National

Plus de 100 boxeurs canadiens demandent la démission du directeur de la haute performance de Boxe Canada, Daniel Trépanier, et une enquête indépendante sur la culture du sport et la pratique sportive sécuritaire.

Dans une lettre envoyée à Sport Canada mercredi matin, les athlètes ont déclaré que Boxe Canada avait cultivé une culture toxique de peur et de silence.

“Il y a eu une tendance constante depuis plus d’une décennie où les athlètes et les entraîneurs de Boxe Canada qui se sont prononcés contre les actes répréhensibles ou qui ont défendu ce qui est juste se retrouvent à l’extérieur de l’organisation”, indique la lettre. “De nombreux athlètes ont le sentiment d’avoir subi des abus physiques, des abus psychologiques et de la négligence de la part de l’organisation en raison de leur incapacité à résoudre ces problèmes. Des tentatives répétées ont été faites pour mettre ces problèmes en lumière, et ils ont été ignorés ou rejetés. »

Lire la suite:

“Environnement très toxique”: des gymnastes canadiens allèguent des années d’abus et appellent à l’action

L’histoire continue sous la publicité

Les athlètes ont brossé le tableau d’un environnement toxique où le favoritisme sévissait, entraînant des décisions arbitraires concernant des choses comme la sélection de l’équipe, aggravées par un manque de communication.

“J’ai toujours eu l’impression qu’il y avait cette poussée de devoir presque le faire par vous-même parce que vous ne receviez aucune aide de leur part”, a déclaré Mandy Bujold, 11 fois championne nationale des poids mouches, deux fois aux Jeux panaméricains. médaillé d’or et double olympien. “Cela vous a définitivement fait réfléchir de temps en temps : pourquoi est-ce que je fais ça ? Quel est l’intérêt de cela ? »

Bryan Colwell, triple champion canadien des poids lourds, a laissé derrière lui la boxe amateur pour devenir professionnel, affirmant qu’il avait vécu «une expérience très, très difficile et éprouvante avec Boxe Canada».

“Toutes les choses rapportées sur le favoritisme et les environnements d’entraînement toxiques, tout cela est vrai, et nous l’avons tous vécu de différentes manières”, a déclaré. « Je n’étais pas l’un des favoris, et il était clair chaque jour que j’étais (à Montréal) ».


Cliquez pour lire la vidéo :







Des gymnastes canadiens allèguent des années d’abus et appellent à l’action


Des gymnastes canadiens allèguent des années d’abus et appellent à l’action – 26 avril 2022

Le natif de Victoria, qui s’est entraîné à la base nationale de l’équipe à Montréal pendant un an, a déclaré par exemple qu’il avait été envoyé en Bulgarie avec un préavis de deux jours pour se battre, avec son classement international – et donc son statut de financement fédéral – en jeu.

L’histoire continue sous la publicité

« Je ne l’ai pas appris de mon équipe, mais parce que le gestionnaire de compte de Boxe Canada m’a appelé pour confirmer mon heure de vol, et j’ai dit ‘Quel vol ?’ « Vous allez en Bulgarie. Vous ne savez pas ? C’était ma seule opportunité de concourir (internationalement) toute l’année.

Il a perdu son premier combat.

Les boxeurs ont déclaré avoir compilé une collection complète d’expériences et l’avoir soumise au conseil d’administration de Boxe Canada, mais aucune enquête officielle n’a été lancée pour examiner les allégations.

La lettre de mercredi a été signée par 121 boxeurs actuels et anciens depuis 2008. Elle a été envoyée à la ministre canadienne des Sports Pascale St-Onge, à la PDG d’À nous le podium Anne Merklinger, au conseil d’administration de Boxe Canada et à AthlètesCAN.

Lire la suite:

Gymnastique Canada dit qu’il soutient une enquête indépendante sur la maltraitance des athlètes

La lettre arrive au milieu de ce que St-Onge a appelé une «crise» dans le sport canadien. Elle a déclaré qu’il y avait eu des accusations de mauvais traitements, d’abus sexuels ou de détournement de fonds dirigés par au moins huit organisations sportives nationales au cours de ses cinq premiers mois de mandat.

Les athlètes canadiens de bobsleigh et de skeleton ont écrit une lettre similaire en mars demandant la démission de leur président par intérim et directeur de la haute performance. Ils ont déclaré qu’ils ne participeraient pas à la médiation proposée, la qualifiant de “solution de fortune”. Et un groupe de quelque 70 gymnastes – il est depuis passé à plus de 400 – a écrit à Sport Canada pour demander une enquête indépendante sur la culture de maltraitance de leur sport.

L’histoire continue sous la publicité

Les boxeurs ont identifié quatre grands domaines de préoccupation : la gouvernance et la transparence, la sécurité, la culture toxique et le harcèlement et la restriction des opportunités.

Ils ont dit qu’il y avait un manque de transparence et d’impartialité autour de choses telles que la répartition des fonds.

Il y a un “mépris flagrant” à la fois de la santé mentale et physique des athlètes, y compris des allégations d’inconduite sexuelle qui ont “été ignorées et non signalées” au conseil. Ils ont écrit que les athlètes s’entraînent et concourent souvent dans des environnements dangereux et ont été forcés de s’entraîner malgré des signes clairs de commotions cérébrales ou avec des disparités de poids importantes.


Cliquez pour lire la vidéo : « Ottawa appelle les organisations sportives à dénoncer les abus et le harcèlement »







Ottawa demande aux organisations sportives de dénoncer les abus et le harcèlement


Ottawa demande aux organisations sportives de dénoncer les abus et le harcèlement – ​​19 juin 2018

Les boxeurs disent que les athlètes ont été victimes et témoins de harcèlement sous la forme de commentaires homophobes, misogynes et sexistes de la part de la direction du programme.

Et les décisions de Boxe Canada concernant la sélection des équipes, ont-ils dit, sont basées sur une discrétion subjective. Cela a incité plusieurs athlètes de haut niveau, ont-ils dit, à devenir professionnels plus tôt que prévu et d’autres athlètes à concourir pour d’autres pays à l’échelle internationale.

L’histoire continue sous la publicité

“Ce qui est peut-être le plus préoccupant, c’est que Boxe Canada a montré une incapacité ou une réticence totale à résoudre de manière significative bon nombre de ces problèmes et à travailler vers un véritable changement positif”, ont-ils écrit.

Un autre champion canadien, qui a requis l’anonymat par crainte de représailles, s’est fait dire qu’il était «trop vieux pour mériter d’être développé» et croyait qu’un traitement préférentiel avait été accordé à un athlète basé à Montréal.

« Mon rêve de participer aux Jeux olympiques s’est vite transformé en cauchemar, car je me suis fait fermer la porte au nez assez rapidement par Daniel Trépanier, raconte le boxeur, devenu professionnel peu de temps après.

Lire la suite:

Un sondage auprès des athlètes olympiques et paralympiques au Canada révèle des allégations d’abus dans le sport

Bien qu’il y ait eu quelques “changements superficiels” récents dans la structure de gouvernance, les boxeurs ont déclaré que “rien n’indique que les préoccupations passées des athlètes et des entraîneurs aient été résolues ou qu’il y ait eu des changements concrets et significatifs en 2022”.

Dans une longue déclaration mercredi, Boxe Canada a déclaré qu’elle “est fière de valeurs telles que la santé et la sécurité, l’intégrité et la responsabilité et prend ces préoccupations très au sérieux”.

L’organisation nationale a déclaré avoir pris des mesures ces derniers mois pour améliorer la transparence et la gouvernance, notamment en créant un groupe consultatif de haute performance et en séparant le rôle de directeur de haute performance des responsabilités d’entraîneur.

L’histoire continue sous la publicité

De plus, sous la direction du conseil d’administration, Boxe Canada a engagé un expert tiers en mars pour effectuer un examen de la culture de haute performance, “afin de s’assurer que les athlètes et les entraîneurs peuvent exceller dans un environnement d’entraînement optimal”.

L’ancienne nageuse artistique Sarah-Eve Pelletier a été embauchée le mois dernier en tant que première commissaire à l’intégrité du sport au Canada. Elle supervisera le noyau central du nouveau programme de sport sécuritaire du Canada par l’entremise du Centre de règlement des différends sportifs du Canada. St-Onge a promis que le bureau, qui a été attribué au CRDSC l’été dernier, sera opérationnel d’ici la fin du printemps.

Il recevra les plaintes pour mauvais traitements présumés dans le sport, lancera des enquêtes indépendantes et recommandera des sanctions contre les personnes reconnues coupables d’infractions.

Lire la suite:

Les gymnastes canadiens demandent une enquête sur des années d’abus : “Nous ne pouvons plus rester assis en silence”

De nombreux athlètes ont déclaré qu’ils pensaient que le processus de signalement des mauvais traitements par le biais du CRDSC ne serait pas vraiment indépendant.

Bujold a fait la une des journaux internationaux lorsqu’elle et son avocate Sylvie Rodrigue ont attaqué le Comité international olympique – et ont gagné – son procès en matière de droits humains, basé sur sa grossesse, pour concourir à Tokyo.

Elle a dit que son expérience avec Boxe Canada comprenait la gestion de tant de petites frustrations pendant tant d’années qu’elle était «presque devenue normale».

L’histoire continue sous la publicité

«Et maintenant que j’ai pris du recul et que j’ai des coéquipiers qui s’occupent de ce genre de choses en ce moment, cela vous frappe différemment. J’ai toujours été capable de le mettre de côté et de me concentrer sur la performance, d’essayer de me concentrer sur les choses qui comptent », a-t-elle déclaré.

« Les athlètes n’ont pas besoin de ce stress supplémentaire. La concurrence est déjà assez dure. Et vous savez, ils ne devraient pas non plus avoir à se battre avec leur propre organisation sportive.

Bujold a déclaré que ce serait bien pour la prochaine génération de son sport de pouvoir s’entraîner et concourir avec une “table rase”. Colwell a accepté.

“Représenter votre pays est un gros problème et il y a beaucoup de pression sur vous, et en plus de cela, vous vous battez contre votre organisation. Vous sentez qu’il ne s’agit pas du tout d’athlètes, mais d’arrière-pensées, d’agendas.

© 2022 La Presse Canadienne