Les membres de l’OMS envisagent de fermer un bureau majeur à Moscou à cause de la guerre en Ukraine, selon un rapport – National

Les États de l’Organisation mondiale de la santé envisageront une résolution contre la Russie la semaine prochaine après son invasion de l’Ukraine, y compris la fermeture possible d’un important bureau régional à Moscou, a montré jeudi un document obtenu par Reuters.

La résolution, qui doit être examinée mardi, a évité des sanctions plus sévères telles que la suspension de la Russie du conseil d’administration de l’agence mondiale de la santé des Nations Unies ainsi qu’un gel temporaire de ses droits de vote, ont déclaré trois sources diplomatiques et politiques.

Lire la suite:

L’Ukraine veut une réunion urgente de l’OMS pour discuter de l’impact de la guerre de la Russie sur la santé

Le projet, préparé en grande partie par des diplomates de l’UE et soumis cette semaine au bureau régional de l’OMS pour l’Europe, fait suite à une demande de l’Ukraine, signée par au moins 38 autres membres, dont la Turquie, la France et l’Allemagne.

Cette décision est considérée comme une étape politique qui renforcerait les efforts occidentaux pour isoler Moscou, plutôt que d’avoir des conséquences sanitaires importantes pour la Russie ou la politique de santé mondiale, ce que les diplomates ont déclaré qu’ils s’efforçaient d’éviter.

L’histoire continue sous la publicité

Le texte fait référence à une urgence sanitaire en Ukraine et s’apprête à condamner les actions militaires de la Russie qui, selon elle, ont entraîné des pertes massives, des perturbations des services de santé, des risques accrus de décès dus à des maladies chroniques, des risques accrus de maladies infectieuses et d’événements radiologiques et chimiques. en Ukraine, dans la région et au-delà.


Cliquez pour lire la vidéo :







L’OMS appelle à un “corridor humanitaire” pour livrer des fournitures médicales dans le cadre de la guerre russo-ukrainienne


L’OMS appelle à un “couloir humanitaire” pour livrer des fournitures médicales dans le cadre de la guerre russo-ukrainienne – 2 mars 2022

Il demande au directeur régional, Hans Kluge, d’explorer la “possible délocalisation” du Bureau européen de l’OMS pour la prévention et le contrôle des maladies non transmissibles en dehors de la Russie. Il est maintenant situé à Moscou d’où il couvre toute la région. Il ne suggère pas de fermer le bureau de pays de l’OMS, également à Moscou, qui a été créé en 1998.

La résolution appelle à une éventuelle suspension de toutes les réunions en Russie. Il charge le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, de préparer un rapport sur l’urgence sanitaire en Ukraine à sa principale Assemblée mondiale de la santé (AMS) plus tard ce mois-ci.

L’histoire continue sous la publicité

La Russie, membre de la région européenne de l’OMS, n’a pas répondu aux demandes de commentaires sur la réunion et son ordre du jour envoyées à sa mission diplomatique à Genève où l’OMS est basée.


Cliquez pour lire la vidéo :







Le système de santé devra «reconstituer» les blessés de la guerre russo-ukrainienne: OMS


Le système de santé devra «reconstituer» les blessés de la guerre russo-ukrainienne: OMS – 2 mars 2022

La Russie appelle ses actions en Ukraine une « opération militaire spéciale » pour désarmer l’Ukraine et la protéger des fascistes. Il nie avoir pris pour cible des civils. L’Ukraine et l’Occident disent que l’allégation fasciste est sans fondement et que la guerre est un acte d’agression non provoqué.

Un porte-parole de l’OMS Europe a confirmé qu’un projet de résolution qui n’avait pas encore été officiellement publié serait discuté lors de la réunion du 10 mai. Il a dit qu’il s’attendait à ce que la Russie assiste à la session.

Il indique qu’il y a eu 191 attaques contre les infrastructures de santé ukrainiennes depuis le début de l’invasion le 24 février, faisant 75 morts – un bilan que Tedros a qualifié de “totalement inacceptable”. L’OMS n’attribue pas la responsabilité de ces attaques.

L’histoire continue sous la publicité

Des mesures plus dures contre la Russie ?

La suspension de la Russie du Conseil exécutif de l’OMS demandée par l’Ukraine a été abandonnée en raison de subtilités juridiques, ont indiqué les sources, bien qu’il soit toujours possible que le gel des droits de vote soit envisagé à l’AMS du 22 au 28 mai.

L’article 7 de la constitution de l’OMS permet de geler les privilèges de vote en cas de «circonstances exceptionnelles», bien que cette justification ait rarement été utilisée au cours des 74 ans d’histoire de l’organisme. Il a été mis en vigueur contre l’apartheid en Afrique du Sud en 1964.

La mission diplomatique ukrainienne à Genève n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Lire la suite:

Des hôpitaux ukrainiens attaqués alors que le système de santé est «englouti» par le conflit russe: OMS

La Russie a été suspendue du Conseil des droits de l’homme basé à Genève le mois dernier en raison d’informations faisant état de “violations et d’abus systématiques des droits de l’homme” en Ukraine et de l’Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies, bien que la Russie affirme avoir démissionné des deux. Lire l’histoire complèteLire l’histoire complète

L’histoire continue sous la publicité

Un diplomate suivant les discussions a déclaré que certains membres de l’OMS craignaient que des sanctions plus sévères de l’OMS contre la Russie ne posent des risques sanitaires plus larges.

“C’est différent des zones économiques”, a-t-il déclaré à Reuters. “Nous ne voulons pas qu’une partie du monde sombre dans les maladies infectieuses.”

— Écrit par Emma Farge